Une longue journée de ski n’est pas seulement amusante, mais elle utilise également beaucoup d’énergie. Tôt le matin, vous partez sur les pistes, vous skiez pendant quelques heures et vous vous réjouissez ensuite d’une pause déjeuner bien méritée. Mais comment la faire correctement ? Que manger pour rester en forme l’après-midi ? Nous avons rassemblé pour vous quelques conseils pour un lunch de ski au top.

La sécurité au ski est primordiale. Cela comprend non seulement le bon équipement, mais aussi la bonne alimentation. Les skieurs les plus expérimentés savent que la glisse sollicite beaucoup les muscles, par conséquent, le régime alimentaire doit être adapté à cela. Une bonne façon de procéder est expliquée dans les quatre points suivants.

Quand ?

Beaucoup de gens que vous rencontrez sur les pistes sont souvent des vacanciers qui ne skient pas régulièrement et qui y sont peut-être deux fois par an. Ils viennent parfois de loin pour passer leurs vacances. Le risque de blessure due à la fatigue augmente énormément – dans certains cas, cela se manifeste à l’avance par des douleurs musculaires, qui peuvent survenir lors d’un effort excessif. Une virée sur les pistes de 10 à 17 heures n’est pas sans risque, car vous êtes debout pendant environ sept heures – vous faites sept heures de sport d’affilée avec peu de temps de pauses pour récupérer. Il est donc important de planifier la journée un peu à l’avance et de faire en sorte que la session de la matinée (avant le déjeuner) soit plus longue que celle de l’après-midi En effet, le corps a plus d’énergie le matin que le soir. Il est important de ne pas attendre midi pour décider où vous voulez faire une pause, mais plutôt d’inclure l’endroit souhaité dans votre planning pour éviter le stress et ainsi recharger vos batteries.

person pouring coffee in mug

Où ?

Idéalement : au chaud et au sec avec la possibilité de se détendre. Qu’il s’agisse d’une cabane de ski, d’un restaurant ou d’un local dans une station de télécabine, voilà qui mettra d’accord le plus grand nombre – il ne faut tout simplement pas qu’une pause se passe dans le froid et la neige, car là, le corps ne peut pas correctement récupérer de l’activité sportive.

Comment ?

Tout le monde le sait : les chaussures de ski ne sont pas le moyen le plus confortable d’aller d’un point A à un point B ! Les skieurs expérimentés desserrent brièvement les boucles, même dans la télécabine pour permettre à la jambe et au pied de respirer et au sang de circuler. Toutefois, si le risque est trop important sur un télésiège, vous devriez le faire au moins pendant l’heure du déjeuner pour offrir une vraie pause à vos pieds. En outre, les équipements de ski épais doivent être enlevés (veste, pull, bonnet & Co.) histoire de ne pas geler ensuite sur les pistes, car votre corps s’est s’habitue au chaud.

selective focus photography of fork with spaghetti

Idéalement, la pause déjeuner devrait durer entre 30 et 60 minutes. Cela laisse suffisamment de temps pour manger un bon repas, se détendre un peu et aborder la séance de l’après-midi avec une énergie nouvelle. Afin de commencer la session en douceur, nous recommandons quelques petits exercices d’échauffement. Une période de dix minutes est suffisante pour relancer la circulation.

Quoi ?

Le plus important – et pas seulement pendant la pause déjeuner – est l’hydratation. En descendant les pistes, vous brûlez beaucoup de calories et suer probablement, même si le climat plus frais semble vous donner l’impression d’avoir à peine transpiré.

La quantité de liquide dont vous avez besoin (froid, altitude, effort physique) ne doit pas être sous-estimée – au moins 1 à 1,5 litre de liquide doit être consommé pendant une journée de ski et la même quantité doit être bue le soir. Nous le recommandons : des boissons isotoniques (jus de fruits dans le rapport eau/jus 2:1), du thé (super sur les pistes, car il nous réchauffe de l’intérieur) ou évidemment de l’eau. Attention à l’alcool (!) : même en petite quantité, il peut entraîner une diminution massive des performances et de la réactivité, et provoque aussi une déshydratation de l’organisme.

Riegel, Blätterteig

En matière d’alimentation, il n’y a pas vraiment de limites, mais il est clair, que ceux qui mangent de grosses portions très grasses risquent d’être plus paresseux après la pause déjeuner ! Le corps a besoin de plus de temps pour se remettre sur les rails. Nous recommandons une alimentation sportive typique avec beaucoup de glucides : des pâtes avec une sauce tomate légère, des blancs de poulet avec du riz (et de la salade), du pain (maison) avec du fromage frais ou des plats similaires.

Comme c’est aussi le cas dans la vie quotidienne, il ne s’agit pas de manger beaucoup en une fois mais d’avoir quelque chose à manger pendant la journée. Ainsi, une banane, une barre de muesli ou un petit en-cas entre deux repas ne peut pas faire de mal, mais attention toutefois au „food-coma“ si on avale de trop grandes quantités !

Les billets pour plus de 70 domaines skiables peuvent être trouvés en tout temps sur ticketcorner.ch/ski ou avec l’application Ticketcorner Ski.

En tant que membre du Live Club, vous bénéficiez d’une réduction de 20 % sur les billets de ski à la journée dans une cinquantaine de domaines skiables. Devenez membre maintenant !

Sagen Sie Ihre Meinung.